image DSC_0008.jpg (1.8MB)
Le 25 de Octobre 2016 s'est tenue, à Lisbonne, à l’Instituto de Educação de l'Universidade de Lisboa, la deuxième Journée de diffusion du projet européen « Eure.K – Valider et certifier les compétences-clés européennes ».

Cette journée a pu compter sur la présence de tous les partenaires du projet et a bénéficié d'un impact public très positif.

Après l’ouverture des travaux par la représentante de Instituto de Educação, Madame Leonor Santos, qui a salué l'initiative et son importance pour l'Universidade de Lisboa, André Moisan, coordinateur du Projet Eure.K, a présenté les principaux objectifs, la vision et les résultats à atteindre à travers la méthodologie de recherche-action adoptée par le partenariat du projet.

Une table ronde a ensuite été organisée durant la matinée, dédiée à la réflexion sur le processus (en construction) de la reconnaissance, la validation et la certification des compétences-clés (RVCC) au Portugal. Elle a réuni trois intervenants qui ensemble, ont permis de présenter l’essentiel de l’historique et de l’agenda de cette modalité d’éducation et de formation des jeunes et des adultes. Ainsi, Alberto Melo - Coordinateur du programme pour le développement de l’éducation et de la formation des adultes au Portugal (1997 – 2000) et Président de l’association portugaise pour la culture et l’éducation permanente - a retracé l’évolution de l’éducation et de la formation depuis 1974 - année qui a vu la fin de l’Etat totalitaire et l’émergence de la démocratie – afin que l’on puisse mieux comprendre comment on en arrive à la valorisation politique de la RVCC en 1999. Paulo Feliciano - Vice-Président de l’Institut de l’emploi et de la formation professionnelle - a partagé ses réflexions sur le Programme de l’Initiativa Novas Oportunidades (INO) qui a représenté entre 2005 et 2012, le moment de politique de développement de la RVCC au Portugal. João Couvaneiro - Adjoint au secrétariat d’Etat à l’Education - a souligné pour sa part, ce qui a conduit au lancement en 2016, du Programme Qualifica (PQ), remplaçant dans une logique de continuité le dernier programme INO supprimé par le précédent gouvernement.

Alberto Melo (1) a rappelé que “suite à l’adhésion du Portugal à la Communauté Économique Européenne, en 1986, plusieurs millions d’euros (dans le cadre du FSE) ont été investis dans des projets d’intervention où la composante éducation-formation était fréquemment privilégiée. Et, également dans des cours de formation professionnelle destinés à la population adulte où cette approche intégrée n’était (hélas) généralement pas suivie. L’investissement conséquent dans la formation (essentiellement professionnelle) des jeunes et des adultes au Portugal, a fait surgir trois grands problèmes après 1986 : une inefficacité importante au niveau des résultats, due au manque de bases culturelles et cognitives des participants ; la priorité accordée à une offre de formation, définie d’en haut et sans prise en compte des besoins réels et spécificités des adultes, ainsi que de leurs contextes de vie ; enfin, la non reconnaissance formelle d’une grande partie de ces formations en termes de diplômes scolaires ou même de qualifications professionnelles.

Ces problèmes ont été mis à l’ordre du jour, deux mois après la 5e CONFINTEA (Conférence Mondiale d’Éducation des Adultes, organisée par l’UNESCO, à Hambourg, en juillet 1997), lorsque le Ministère de l’Éducation a nommé un Groupe de Travail chargé de produire un document stratégique pour le développement de l’Éducation des Adultes au Portugal. Au début de 1998, le rapport a été livré contenant 10 axes pour une politique de l’éducation des adultes. Parmi ces axes : « la définition et la mise en œuvre d’un système national de bilan de compétences personnelles et de validation des acquis des apprentissages antérieurs, soit formels ou informels ».

Il a été constaté, entre autres, que la population adulte portugaise, bien qu’étant en général sous-scolarisée et sous-qualifiée, était surtout et pour une grande partie sous-certifiée, leurs savoirs, savoir-faire et compétences n’ayant pas bénéficié de la reconnaissance officielle qu’ils méritaient. Ainsi, dans le document stratégique de 1998 il était recommandé que « les résultats de l’auto-formation et autres apprentissages soient reconnus et validés, d’une manière formelle et rigoureuse, non seulement pour des motifs de justice sociale mais aussi d’ordre économique. Ceci, afin de réduire les gaspillages de temps et de ressources ». Le document proposait, par ailleurs, que les savoirs et compétences acquis dans des domaines les plus divers de l’activité humaine devaient faire l’objet d’une analyse rigoureuse suivie d’une reconnaissance formelle se traduisant par une validation officielle : une accréditation, soit partielle (des crédits à faire valoir dans les parcours de formation choisis), soit totale (une certification, étant l’équivalent d’un diplôme scolaire et/ou professionnel). Il était dès le début question d’inscrire ces procédés d’évaluation dans un ensemble structuré de référentiels, indicateurs et critères définis au préalable. Ainsi le Groupe de Mission chargé de l’application de ce plan stratégique a assuré l’élaboration d’un Cadre Référentiel de Compétences-Clés, bâti sur « les exigences de la vie, de la société et de l’économie ». Ce Cadre Référentiel était structuré sur 3 niveaux de complexité (B1, B2 et B3 et, plus tard, un quatrième, S) et 4 domaines de compétences (Langage et Communication ; Mathématiques pour la Vie ; Technologies de l’Information et Communication ; Citoyenneté et Employabilité).

Ce Cadre Référentiel avait la double fonction d’organiser les procédés d’évaluation des acquis et de structurer les formations complémentaires qui étaient normalement requises. Tout le système se voulait éminemment éducatif et non pas administratif, permettant à tout participant de découvrir ce qu’il ou elle avait appris de plus pertinent à travers son expérience de vie – personnelle, sociale, civique, culturelle, professionnelle…

L’Agence Nationale pour l’Éducation et la Formation des Adultes (ANEFA), créée à la fin de l’année 1999, a lancé les premiers Centres de Reconnaissance, Validation et Certification de Compétences, à titre expérimental, leur nombre se multipliant régulièrement mais modérément pendant les premières années. Très rapidement, l’OCDE, après un examen sur place, a considéré cette expérience comme une très bonne pratique qui devrait être reproduite dans d’autres pays.

Dans son intervention, Paulo Feliciano est revenu sur l’Initiative Nouvelles Opportunités (INO) visant à élever le niveau de qualification de la population adulte, et qui entre 2006 et 2012 a représenté un moment politique important pour le développement de la RVCC au Portugal. Le nombre de ces Centres s’est élevé jusqu’à environ 500. Selon les chiffres du CNE (2) , entre 2001 et 2011, un million trois cent mille adultes s’y sont inscrits (pour une population totale de 10 millions) et presque 450 .000 ont obtenu un certificat avec équivalence scolaire ou une double certification (scolaire et professionnelle). Sous l’éclairage de la théorie du changement, une analyse a été réalisée sur la genèse et le parcours de l’INO, en considérant l’objectif d’augmentation du niveau de scolarité de la population jusqu’au niveau secondaire et de diversification des acteurs et des outils. A été aussi, soulignée l’idée que l’inégalité a une origine idéologique et qu’on ne peut pas ignorer la corrélation entre chômage et basse qualification, ainsi que la contribution des compétences de base pour une société plus démocratique et égalitaire. Egalement, mises en évidence, les leçons apprises avec l’INO.

João Couvaneiro - Adjoint au secrétariat d’Etat à l’Education - pour sa part, s’est intéressé à quelques orientations stratégiques dans le cadre du nouveau cycle politique initié en 2016, avec l’annonce du programme Qualifica (PQ), avec notamment, la priorité à la RVCC Professionnelle et l’articulation avec la formation professionnelle. Egalement, le pari sur la formation de techniciens pour les nouveaux Centres Qualifica.

Ainsi, cette Table ronde animée par Rosanna Barros, a permis de rendre compte grâce à des intervenants clés, des points essentiels de l’expérience portugaise dans le domaine de la reconnaissance, validation et certification des compétences.

Les travaux se sont poursuivis dans l’après-midi avec la tenue de deux workshops consacrés à deux cas où la reconnaissance des acquis expérientiels a changé la vie de certaines personnes.

Dans le premier, nous avons découvert la manière dont est mis en place la RVCC au sein du Département de formation de la Municipalité de Lisbonne. On s’y est intéressé aux choix politiques, les motivations des techniciens et des adultes concernés. Cela a permis de témoigner de la valeur sociale et économique de la RVCC qui a conduit ici, aussi souvent que possible, à une progression et valorisation professionnelles.

L’expérience et le travail d’intervention communautaire de l’Association culturelle Moinho da Juventude ont fait l’objet du deuxième workshop. Cette Association a su utiliser et mobiliser le contexte de la reconnaissance des acquis expérientiels pour lancer une nouvelle profession : Technicien de l’expérience. Nous avons pu ainsi, bénéficier de témoignages sur la méthodologie du travail en tandem utilisée pour promouvoir l’autonomisation des populations vulnérables et marginalisées, et qui dans en divers cas reprennent, avec succès, un cursus scolaire.
A l’issue de cette longue et productive journée, la satisfaction des participants était notable tant au niveau des apprentissages et des différents travaux ont permis, qu’au niveau des échanges et des expériences que cette deuxième journée de diffusion du projet Eure.K a rendu possibles.



(1) Les informations qui suivent sont extraites du texte qui a servi de base à la communication d’Alberto Melo, intitulée : « Les Origines de la Reconnaissance et Validations des Compétences au Portugal: Un Héritage de la Révolution des Œillets »

(2) CNE (2011). Estado da Educação 2011. A Qualificação dos Portugueses. Conselho Nacional de Educação




image liens
Lien vers: PageLien
Liens utiles


image glossaire
Lien vers: PageGlossaire
Glossaire


image publications
Lien vers: PagePublication
Publications


image agenda
Lien vers: PageActualite
Actualités


contac
Lien vers: PageContact
Contact

legal.png
Lien vers: PageInfo
Info légale

Connexion à ArleKin - 
Lien vers: PageConnexion